Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog de Ludovic Brossard

Pour des solidarités alimentaires

24 Septembre 2022, 09:26am

Pour des solidarités alimentaires

La Chaire Unesco Alimentations du monde organisait à Montpellier deux journées (22 et 23 septembre) consacrées aux solidarités alimentaires. J'ai pu y découvrir les contributions d'une recherche interdisciplinaire (Inserm, INRAe, Cirad, CNRS, Institut agro de Montpellier…) et participer aux discussions menées autour de la lutte contre la précarité alimentaire. Parmi les chercheuses et chercheurs, des anthropologues, sociologues, socio-économistes ou géographes et des personnes reconnues telles que Dominique Paturel, Bénédicte Bonzi, Nicolas Bricas, Damien Conaré, Olivier Lepillet ou Nicole Darmon.

Passer le constat d'une augmentation de la précarité alimentaire, ses causes (paupérisation, atomisation du lien social, industrialisation du système alimentaire…) et ses conséquences sociales, physiologiques ou psychologiques, on découvre une multitude d'initiatives et d'approches (nutrition-santé, précarité, PAT…) qui dessinent autant de réponses à cet enjeu. Chercheurs et instituts de recherches ont présenté des résultats produits, la plupart du temps, à partir d'une recherche interventionnelle, c’est-à-dire menée au plus près des bénéficiaires et des modes d'actions des associations (Croix rouge française, SAMU social, ATD Quart Monde, Secours populaire…) ou collectivités (Montpellier, Grand-Synthe, …). Une nouvelle forme de production de contenu qui permet de saisir à la fois les atouts et faiblesses de certains projets et d'en évaluer l'efficacité vis-à-vis des personnes victimes de précarité alimentaire.   

Les résultats présentés montrent quelques éléments favorisants la réussite de ces projets, indépendamment du public ciblé ou du contexte du projet :

  • la nécessité d'une approche participative (Bottom Up) des initiatives par l'inclusion sociale et l'émergence d'une gouvernance partagée des dispositifs avec les habitants et habitantes,
  • un suivi social (repérage, ciblage, accès au droit…) des personnes accompagnées, la question de la précarité alimentaire étant aussi liée aux dégradations des conditions de vie,
  • une capacité à changer d'échelle par un soutien dans le temps des pouvoirs publics,
  • des projets qui développent l'accessibilité autour de ces axes: physique, financière, sociale et citoyenne.

Les résultats de ces recherches dessinent surtout l'insuffisance des politiques actuelles en matière de solidarités alimentaires. D'abord la forme dominante de l'aide alimentaire, qui reste une réponse curative et non préventive aux inégalités d'accès à l'alimentation, alors que l'on constate un décalage croissant entre les populations ciblées par les dispositifs d'aide alimentaire et celles qui en ont besoin. Ensuite, les politiques alimentaires ne sont pas suffisamment intégrées aux politiques mises en œuvre dans le champ de la cohésion sociale ou de l'aménagement urbain. Enfin, aucune politique systémique ne permet aujourd'hui de répondre à la fois aux enjeux de durabilité du système alimentaire (l’empreinte carbone de notre alimentation actuelle est 1,4 fois supérieure au quota carbone de 2050 qui nous permettra de respecter les accords de Paris et rester sous la barre d’une augmentation de la température de 1,5°C) et du droit à l'alimentation.

Une critique, reprise par Mathieu Calame (Ingénieur agronome) dans son ouvrage "Enraciner l'agriculture, société et systèmes agricoles, du néolithique à l'anthropocène" (PUF, 2021) qui constate un écart entre les travaux scientifiques qui s'accumulent sur les faiblesses du système industriel et économique, la conscience, les attentes et les engagements de l'opinion sur les questions sociales et environnementales et la capacité des pouvoirs publics à réformer les politiques agricoles et alimentaires.

Si ce constat fait l'unanimité dans le cercle des professionnels, professionnelles, chercheurs, chercheuses, élus et élues qui travaillent et s'engagent sur ces questions, nous devons porter pus loin les enjeux alimentaires dans les politiques publiques (santé, solidarité, urbanisme, mobilité, économie, emploi…) et les outils de planification (PLUi, SCOT, PCAET...).  Également, encourager les pouvoirs publics à favoriser les expérimentations et la recherche (financement, appui technique, …), de façon à multiplier les initiatives de solidarités alimentaires et développer l'enracinement de cet enjeu dans la société. Autant de défis à relever pour faire émerger une réponse politique de plus grande ampleur comme pourrait l'être une sécurité sociale de l'alimentation.

Plus d'informations sur les rencontres recherche-société : https://www.solidarites-alimentaires.org/les-rencontres

Commenter cet article